Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Stéphane Soumier

Le blog de Stéphane Soumier


Macron a joué avec les allumettes

Publié par Stéphane Soumier sur 8 Octobre 2015, 09:52am

Cotation Renault

Cotation Renault

... et le ministre se brûle à vouloir faire du trading avec l'argent public

Souvenez vous, pour imposer sa loi Florange et les droits de vote double, Emmanuel macron avait obligé l'Agence des participations de l'Etat à monter au capital de Renault. Près de 5% du capital, acheté au prix fort!

Sauf que personne ne le savait alors, personne ne savait en Avril dernier que la Chine et le scandale Volkswagen allait plonger l'industrie automobile dans la tourmente boursière et faire dévisser le titre Renault qui a grosso modo ce matin perdu 30% de sa valeur.

A la louche, si le ministre vendait aujourd'hui son surplus de participation, il ferait perdre à l'Etat 300 millions d'Euros (en fait moins, quelques précautions ont été prises avec les contreparties bancaires)

Avouez que ça marque mal.

Et donc le ministre se voyait bien attendre un retour à meilleur fortune, selon l'adage des marchés qui veut que "tant qu'on n'a pas vendu on n'a pas perdu"

Sauf que Carlos Ghosn ne l'entend pas de cette oreille. Le mouvement de l'Etat au capital de Renault a modifié l'équilibre toujours très fragile du pacte Renault Nissan. Il faut donner crédit au ministre de ce qu'il n'a jamais voulu toucher à l'équilibre de ce pacte. Non, lui, il voulait juste faire le malin avec ses droits de vote double. Que de la politique, rien de sérieux. Mais voilà, les industriels ont du mal à accepter ces subtilités

Il faut toujours se souvenir que dans cette alliance, Nissan, qui a soutenu Renault à bout de bras pendant la crise, ne dispose d'aucun droit de vote lié à sa participation. Les japonais ont de plus en plus de mal à le tolérer et penser que l'Etat vienne prendre ses aises sur le groupe est visiblement inacceptable

Et donc Carlos Ghosn a commencé les grandes manœuvres. Pourquoi maintenant? Cela appartient au secret d'un conseil d'administration japonais que personne n'arrive à percer. Mais hier, Renault Nissan a clairement initié le mouvement visant à donner des droits de vote à Nissan, manière de contrer l'Etat, mais aussi, et c'est le problème pour la France, de diluer encore un peu plus le poids de Renault dans l'alliance (les esprits machiavéliques diront que Ghosn saisit un prétexte pour un mouvement qu'il a en fait toujours souhaité? Peut-être, je n'en sais rien, eux non plus)

Emmanuel Macron n'a plus le choix, et l'agence des participations de l'Etat envoie des signaux montrant qu'elle est prête à bouger dès que le cours aura retrouvé un niveau compatible avec le prix d'achat.

En attendant le ministre pourra méditer sur le capitalisme d'Etat, qui se brûle les doigts quand ils se prend pour un Hedge Fund

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents