Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Stéphane Soumier

Le blog de Stéphane Soumier


Code du travail: l'absurde thèse de "l'agenda caché"

Publié par Stéphane Soumier sur 7 Juin 2017, 15:23pm

A quoi correspondrait la stratégie d’un « agenda caché » ? A rien. Il n’y en a donc pas

Cette séquence est absurde : alors qu’on est devant des fuites classiques de documents de fond de tiroir sortis par des sources dont les motivations n’ont finalement aucune importance, voilà que l’on commence à imaginer un « agenda caché » du gouvernement.

Mais d’où ça sort ? est-il interdit de réfléchir ?

Alors réfléchissons. On peut quand même donner crédit au président d’une certaine habileté. On peut aussi se souvenir qu’il était au cœur du gouvernement quand la loi El Khomry a explosé en plein vol. Pourquoi a-t-elle explosé cette loi, d’abord parce que justement les syndicats ont été pris par surprise. Et on imagine que ce président habile referait cette erreur stratégique ?

Et pour quel but ? Gagner les législatives ? Vous croyez vraiment que les électeurs vont se prononcer en se demandant s’il y a, ou s’il n’y a pas, les conditions de rupture du CDI par référendum d’entreprise dans les ordonnances de la fin de l’été ? Allons, nous sommes quelques centaines de milliers à maîtriser les détails de ce débat, ce n’est évidemment pas ça qui fait l’élection.

Et même, imaginons que ça soit la stratégie, le risque, en face est considérable : ni plus ni moins la fin du quinquennat. Les syndicats pris par surprise une deuxième fois seront cette fois-ci unis pour rejeter massivement la réforme et le dire dans la rue. Or, si Macron rate cette réforme, il y a gros à parier qu’il sera systématiquement empêché ensuite. En tout cas c’est un risque qu’un président habile ne prendrait pas.

La vérité est donc bien plus banale : oui des conseillers réfléchissent et pondent des notes, non les décideurs ne les reprennent pas systématiquement à leur compte, oui des sources les font fuiter dans la presse pour influencer tel ou tel.

Le gouvernement va enchaîner 48 réunions bilatérales (très habile justement, la bilatérale), ce n’est pas pour faire passer en douce des amendements que personne n’aurait vu venir. Ou alors, celui qui ferait une erreur aussi grossière, ne serait sans doute pas devenu président de la république en partant de nulle part un an avant l’élection

Amen

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents