Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Stéphane Soumier

Le blog de Stéphane Soumier


Bernard Arnault et la rentrée des classes

Publié par eco-vibes sur 9 Septembre 2012, 14:02pm

Driiiiing…..Driiiing….Driiiiing…

Avouez que Bernard Arnault en prof d’éco ça se pose là. Juste comme ça, pour s’arracher un sourire, imaginez le au milieux des collégiens, je ne sais pas si vous le savez, mais le type est immense. Je n’ai pas l’impression qu’il ait la parole facile, je ne l’ai aperçu que deux fois, jamais il n’a accepté de répondre à une itw,  la seule dont je me souvienne date de 4 ans, vous imaginez !

Bon, on s’égare. Bernard Arnault est un homme efficace, perdons pas de temps, la leçon qu’il donne tient en deux points rapides

 

rentree.jpg

1/LA MORALE N’EST PAS UNE DONNEE ECONOMIQUE FIABLE

Ça va vous paraître idiot, mais ça peut sembler surprenant. Depuis bientôt 10 ans, des chercheurs réfléchissent à ce qu’on appelle la « nouvelle philanthropie ». Globalement la thèse était de dire que Bill Gates avait amorcé un mouvement irréversible auquel aucune fortune ne pouvait résister. L’opinion publique mondiale et développée ne tolérerait désormais les considérables richesses qu’à la condition qu’elles soient en partie utilisées dans une cause qui les dépasse. La clé, c’est qu’avec Bill Gates, les milliardaires prenaient le contrôle de l’humanitaire, lui injectaient efficacité et rentabilité.

Même les fortunes émergentes se laissaient séduire, aidées en cela par des entreprises comme Ernst and Young, qui, dans un but publicitaire, valorisait leurs actions et couplait son palmarès avec celui du magazine Fortune. Le développement de l’Investissement Socialement Responsable et les sommes considérables qu’il draine désormais, devaient participer du même mouvement.


... c'est là que la leçon commence


Bernard Arnault, soyons clairs, s’en bat les couilles. Lui, il investit dans l’art, un peu dans le mécénat, et laisse le « Giving Pledge » à quelques américains névrosés. Et ce qui doit faire réfléchir, c’est que cet homme n’a pas l’habitude de se tromper sur les mouvements du monde. Je reviens sur la seule itw dont je me souvienne (je ne tiens évidemment pas compte des quelques phrases lénifiantes qui viennent, tous les six mois, accompagner les résultats de LVMH). C’était avant les JO de Pékin. Une rumeur laissait entendre qu’il vibrait pour la cause du peuple tibétain. Il ne lui a pas fallu longtemps pour démentir cette assertion invraisemblable, quitte à devoir, pour ce faire, recevoir un journaliste. Un tel effort montrait combien le marché chinois était pour lui la seule priorité du moment. Bernard Arnault  a construit un empire du luxe sans égal, bien avant que ce soit une évidence. Remontez sa biographie, tous les coups sont des coups de maître. Qu’un homme de cette dimension nous dise que l’on peut encore faire un bras d’honneur à une bonne partie de la nation, doit au moins faire réfléchir

 

2/DANS UNE ECONOMIE OUVERTE ET MONDIALISEE, LA FISCALITE N’EST PAS UN JOUET

 

moutons.jpg

Il croyait quoi François Hollande ? Que les mecs allaient se laisser tondre, comme ça, sans dire un mot? Il croyait qu’ils allaient accepter de jouer les dindons de sa petite farce politique ? Parce que c’est une farce. Ne me dites pas qu’il y a un projet politique derrière cette taxe à 75%! C’est un slogan pour gagner une élection. J’ai lu, comme vous, qu’il l’avait bricolée en quelques minutes avant une intervention importante sur TF1. Vous vous souvenez d’ailleurs de la surprise de Jérome Cahuzac, son spécialiste budgétaire, une heure à peine après l’annonce.

Et bien ce n’est plus possible. La concurrence fiscale européenne est une réalité bien plus solide que le patriotisme et la morale (voir pt N°1). Il le sait parfaitement le président, il sait très bien que l’on a, par exemple, laissé à l’Irlande cette arme fiscale pour les entreprises, seul moyen de la remettre à flot.

 

... c'est la 2ème leçon...


Or, le rapport de forces ne nous est pas favorable. Nous sommes les seuls en Europe aujourd’hui, à être encore incapable de réduire significativement la dépense publique. Bernard Arnault envoie un signal clair : vous n’y arriverez pas par les impôts ! Vous pouvez le regretter, vous pouvez taper des pieds, casser la vaisselle, ça ne changera rien, vous n’avez aucune arme pour empêcher ceux qui le veulent d’aller profiter ailleurs des risques qu’ils ont pris. L’idée, risible, d’aller les traquer dans les paradis fiscaux, me semble aussi efficace que les communiqués du G20 qui promettaient la destruction de ces mêmes paradis fiscaux

Voilà, on pense ce que l’on veut du geste de Bernard Arnault, de son « habileté » qui peut apparaître comme une forme de lâcheté  (je suis belge, mais pas tout à fait, enfin faut voir… ), mais ne pas réfléchir à ce que fait la quatrième fortune du monde serait totalement irresponsable

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents