Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Stéphane Soumier

Le blog de Stéphane Soumier


Cher Calvipernaut

Publié par eco-vibes sur 27 Octobre 2011, 11:13am

 

Parce qu'un certain nombre d'entre vous semblent un peu perdu dans ces histoires, je me permets un peu de pédagogie. Nous avons donc un FESF dans lequel il reste à ce stade environ 250 milliards d'euros (après interventions diverses sur les pays périphériques). Par une technique bancaire très classique, on porte sa capacité d'action à 1000 milliards en ne garantissant que 25% des nouvelles dettes qui seront émises par les États déficients. Quand je dis "technique bancaire classique", j'abuse déjà un peu. Le fonctionnement d'une banque est basé sur des dépôts réels. Les dépôts du FESF (les 250 milliards d'euros) sont-ils bien réels? La France aurait elle les moyens de payer ce qu'elle doit (159 milliards) si les garanties devaient s'exercer? sans doute non. Deuxième abus, nous aurons sur les marchés deux types de dettes: des dettes en partie garanties, et d'autres qui ne le seront pas. Le système ne peut donc marcher que si les investisseurs restent certains de la capacité d'action de la BCE, en gros qu'elle continue à soutenir la dette pourrie (merci là-dessus à Philippe Waechter). Donc, Mrs du Bundestag vous êtes priés de la mettre en veilleuse. 

Et puis il y a le SPV. Et là, soyons francs, personne n'y comprend rien, pour la bonne et simple raison que ce sont les investisseurs qui vont en dessiner les contours. En l'état, il serait une excroissance du FMI (avec une garantie?) pour recueillir l'argent chinois, brésilien, norvégien, que sais-je ... (Madoff, Blackstone... tout le monde sera le bienvenu). Comment fonctionnera-t-il exactement? Les documents qui ont été fournis au Bundestag donnent quelques clés: le FESF prête de l'argent à un Etat (premier bug, de quel argent s'agit-il, puisque les 250 mds sont déjà en garantie?) qui achète avec cet argent des obligations émises par le FESF. Ces actifs de grande qualité (les trois agences leur accordent  AAA) servent de garantie auprès des investisseurs participant au SPV, investisseurs qui interviennent alors sur le marché de la dette de l'Etat en question (relisez deux-trois fois, vous allez voir, à la fin, on y arrive). En fait, c'est bien là qu'est le seul vrai pognon réel. Ce SPV est la garantie de solidité du système si jamais quelqu'un soulevait le couvercle FESF et s'exclamait, tels les enfants des Habits neufs de l'empereur: " mais le roi, il est tout nu!"

Le dernier pb de taille, c'est que cet instrument de solidité est  lui-même garanti par un FESF dont il assure la stabilité  ( là encore, 2-3 lectures de la phrase s'imposent).

Oui, vous avez raison, c'est une usine à gaz (d'autant que le SPV est lui-même divisé en deux véhicules, dont l'un sera vraisemblablement soutenu par le FMI).

On réalise donc ce soir que pour éviter une intervention directe de la BCE, les députés allemands ont participé à la construction de la plus formidable bombe financière de l'histoire. Ce qui nous sauve, c'est que personne, absolument personne, n'a l'intention d'allumer la mèche.    

 

 

Commenter cet article

Libchkoun 27/10/2011 19:14


Pb, si calvipernaud se lance dans ce genre d'explication, TF1 et France 2 auront une courbe d'audience qui ressemblera à l'électrocardiogramme de Kadhafi et même Pernaud sera allé regarder Welcome,
film sur les sans papiers qui passent ce soir sur la 3 (c'est dire).
Bref, pour vraiment comprendre, y'a que BFM Biz quoi.


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents