Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Stéphane Soumier

Le blog de Stéphane Soumier


Lâchez-nous avec l'optimisme!

Publié par Stéphane Soumier sur 14 Janvier 2014, 08:27am

Encore un ! Encore un manifeste qui dit courageusement « NON A LA MOROSITE », le nouvel acte de résistance, sauf qu’en fait de Jean Moulin on se retrouve avec des Marie Antoinette de Carnaval

En fait ça devient même insupportable. On sort légèrement bronzé (ben oui, on revient de Megève) d’un bon resto avec une après-midi à tuer (parce que, travailler, on a fait ça un moment, maintenant, y la rente) et on se paye un « MANIFESTE CONTRE LE PESSIMISME ». Et vas-y, mets en une bonne couche sur « ces français qui sont champions du monde du pessimisme...

-vous vous rendez compte Henry, plus que les Afghans ! …les Afghans… je vous jure…

-et je rentre de Londres, Shanghai, Taipei, Sydney (rayez la mention inutile en fonction de votre besoin d’exotisme), mais c’est diiiinnnngue, le dynamisme transpire dans les rues, c’est fou, l’emploi se voit, les gens travaillent sans se poser de questions

-j’ai l’idée de valoriser les initiatives po-si-tives, c’est vrai, c’est fou, noooootre pays déborde de talents, de solidarité, non vraiment, c’est formidaaaable..."

Ben voyons. En Tanzanie aussi ça déborde de talents

J’en peux plus

Mais vous vivez où, bon dieu? sur quelle planète ? Laissez les gens se battre. Parce que leur quotidien c’est de se battre. Contre un poids de contraintes qui n’a d’équivalent nulle part.

Le dernier chic c’est de nous culpabiliser de faire la gueule alors qu’on a fait les comptes pendant les vacances, qu’on a appliqué les nouveaux barèmes et qu’on a pris le mur des impôts en pleine poire. Enfin, c’est un exemple parmi d’autres. D’autres ont vu le contrat de fin d’année annulé, d’autres courent derrière la facture d’octobre etc… la vie, dans un hiver qui sera long cette année encore

Alors si Marie Antoinette pouvait la fermer et manger tranquille sa brioche, ça serait déjà ça de gagné

Commenter cet article

Arno 14/01/2014 22:02

L'optimisme forcené n'est que l'illustration du déni généralisé d'une élite face à une situation qui mériterait une responsabilisation accrue que ladite élite refuse d'assumer. Nous sommes
d'accord.
Mais une semaine d'immersion dans un Londres de début d'année amène toutefois à se poser des questions. Des questions quant à la posture à adopter par gros vent, voire en cas de tempête sévère.
L'énergie, traduite dans des manifestes de nantis, est belle et bien perceptible, presque tangible. Il semble que ce soit essentiellement liée à une volonté d'avancer, et justement de se battre, de
faire face à l'adversité.
Londres, ville où le niveau de vie est le plus élevé au monde. Londres, ville où classes sociales, nationalités, cultures, se croisent, sans forcément se parler certes, mais sans se juger. Une
"mégalopole" dans laquelle une unité, une cinétique partagée, semblent générer un mouvement porteur et bienfaiteur dans l'intérêt de chacun, de tous.
Ce n'est pas une Marie Antoinette qui témoigne, mais un "Gérard" qui a sa dose de murs à affronter, mais qui se dit que si l'optimisme forcené n'est pas la solution, un enthousiasme constructif est
bel et bien nécessaire.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents