Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Stéphane Soumier

Le blog de Stéphane Soumier


Nouvelles du front

Publié par eco-vibes sur 21 Novembre 2011, 17:42pm

Lundi, 6h du matin, revue de presse (via AFP) Frankfurter Allgemeine Zeitung : « dans l’ordre des horreurs, l’alternative est la suivante, soit une intervention massive de la BCE, soit la catastrophe » (ministre polonais des finances). Les lignes qui vont suivre sont là pour essayer de montrer que la "catastrophe", ce serait, justement, une intervention prématurée de la BCE. Or, il n'est pas encore temps. Vous allez voir.


6h du matin, BFMbusiness : détails du « plan eurobonds » que doit publier mercredi la commission européenne. Une bouillie pour les chats. Après 10 minutes de lecture attentive, on décide de tout jeter au panier, pas de temps à perdre

 

8h 30, Paris : « Des coûts de financement élevés et persistants pourraient accroître les difficultés que le gouvernement français rencontre, conjuguées à une perspective de croissance qui se détériore, avec des implications de crédit négatives"  Moody’s. Tic tac, fait la petite bombe AAA dans les sous-sols de la banque de France. le 3ème plan de rigueur mûrit doucement


11h du matin, Berlin : le, porte-parole de la chancellerie n’a pas de temps à perdre, lui non plus : « le gouvernement allemand ne partage pas l’opinion très répandue que les euro-obligations seraient aujourd’hui un remède miracle »

11h du matin, Berlin : la fédération allemande des banques privées refuse par avance « toute construction bricolée »

11h du matin, Madrid : la bourse ne tient pas le choc, elle perd plus de 2%, les taux des obligations espagnoles à 10 ans sont montée à 6,4%. Pas d’état de grâce, personne n’aura droit à la confiance à priori


14h Athènes : le gouvernement annonce des exemptions sociales au paiement de la nouvelle taxe immobilière. Un recul ? Peut-être, mais il faut prendre la mesure de l’avancée, ça vous a peut-être échappé : cette nouvelle taxe immobilière est liée aux factures d’électricité. Vous ne payez pas, on vous coupe le courant, radical ! Au bout de 40 jours de retard. Pas un de plus

14h Paris, discussion avec le représentant d’un gros investisseur international. « Les investisseurs anglo-saxons croient à la fin de l’Euro ». Je lui réponds qu’il a tort, c’est lui qui me donne l’idée d’écrire ces quelques lignes


15h30 Oslo : conférence de presse du patron du fond de pension public norvégien, l’un des plus gros du monde, nourri par le pétrole de la mer du Nord, premier investisseur sur les bourses européennes dont il détient plus de 2% de la capitalisation totale (AFP). Il résume à la perfection ce que nous disent ces quelques heures « ce qui se passe en ce moment est très positif pour les investisseurs et pour l’ensemble du continent ». Il a les moyens de suivre l’adage : « achetez au son du canon », il dit qu’il consacre l’essentiel de son cash-flow à l’achat d’actions sur les bourses européennes


17h Paris, le blog de Cyril Lachèvre (Figaro) : Aussi bien au ministère de l'économie que dans les hautes sphères gouvernementales (on ne s’alarme pas)  "Si ça s'aggrave pour nous, la BCE volera à notre secours"

Bref, il ne manque que nous ! Bientôt le principe de réalité s’imposera à Paris aussi.


Que nous disent ces quelques heures d’Europe ? Que la course est lancée, la vraie

Angela Merkel en a posé les lignes intangibles devant son parti la semaine dernière : réforme profonde dans chacun des pays de la zone euro, mise en place de dispositifs contraignants de contrôles budgétaires supranationaux. La course ? Contre la défiance. On a senti une légère tension sur la dette allemande vendredi. Tout dépend de la solidité de la digue ultime. C'est bien pour cela qu'il serait criminel de relâcher la pression maintenant. Seul le domino français doit encore tomber.

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents