Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Stéphane Soumier

Le blog de Stéphane Soumier


Pourquoi l'histoire Wikipedia-Philip Roth doit vous intéresser

Publié par eco-vibes sur 16 Septembre 2012, 16:58pm

Je vous la fait courte. L'auteur américain Philip Roth demande à Wikipedia de corriger sa fiche sur un point de détail : la source d’inspiration de son bouquin « La tache ».  Et, dans un premier temps, dans un réflexe presque spontané,  Wikipedia refuse,  au motif que Philip Roth n’est pas forcément une source fiable.  Je n’ai lu depuis que des commentaires de surprise, vaguement goguenards : comment peut-on faire une chose pareille, comment peut-on penser une seconde qu’un auteur n’est pas le mieux placé pour connaitre la source d’inspiration d’une œuvre ? L’histoire est pourtant bien plus intéressante

Tout est décrit dans la page de discussion(ici) ouverte par Wikipedia pour l’occasion. J’admets qu’elle est un peu fastidieuse et mon propos n’est surtout pas de trancher dans cette querelle. Mais la page vous rappelle, par exemple, que Philip Roth s’est déjà contredit sur les sources d’inspiration de La Tache, elle décrit les reflexions qui sont celles de tous les historiens depuis Tite-Live, confrontés à une source qui se veut témoignage direct, elle vous dit en fait qu’on ne doit pas croire sur parole une source unique aussi bien placée soit-elle.

Cette histoire me rappelle furieusement l’affaire Juppé-Mazerolle. Février 2004. Grosses rumeurs sur le destin d'Alain Juppé.  Retrait de la vie politique ou pas? C'est à TF1 qu'Alain Juppé réserve la primeur de ses déclarations. France 2 décide de griller la concurrence et annonce le "retrait" en ouverture du 20h. Ce soir là, Juppé dira pourtant le contraire, il reste, ambitions intactes (le "droit dans mes bottes" il l'avait déjà fait). Cette affaire coûtera sa place à Olivier Mazerolle, directeur de la rédactionde la 2. Or, c'est bien lui qui avait raison! C’est Alain Juppé qui parlait, mais c’est France 2 qui racontait ce qui allait se passer, car Alain Juppé, après quelques tours de manège pour amuser la galerie et sauver la face, partira bien compter les pingouins au Quebec.

Depuis, je suis toujours surpris que cette affaire ne soit pas la première leçon de toutes les écoles de journalisme.

WTF ? me demandez-vous… en quoi ces histoires corporatistes et anecdotiques nous concernent-elles ? Et bien, en ce que l'ensemble des citoyens sera de plus en plus souvent, grâce aux nouvelles technos, grâce à l’explosion des données, au contact de la source directe. C'est évidemment une avancée formidable et une révolution profonde pour notre métier, mais je me demande, à la lumière de quelques affaires récentes, si on en a mesuré les conséquences. Parce qu'un témoin/acteur direct n'est qu'une source parmi d’autres, capable de manipulations, d’oublis, de faux semblant, de règlement de comptes (attention, je ne parle justement pas là de la réalité du métier de journaliste. « Une source pas de source » apprend-on à l’école, rien ne doit sortir sans une confirmation. Dans les faits, la pression concurrentielle amène très souvent à d’affranchir de cette règle, et c’est très bien ainsi… mais c’est un autre sujet)

Bref, les soirées d'hiver approchent, gardez en mémoire cette fastidieuse page de discussion wikipedia, jetez y un oeil, elle nous en dit beaucoup sur ce que sera le traitement de l'information dans les années qui viennent 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents