Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Stéphane Soumier

Le blog de Stéphane Soumier


T’as l’air malin maintenant

Publié par Stéphane Soumier sur 4 Décembre 2014, 10:11am

…se dit le commentateur de l’air du temps rattrapé par les sondages de popularité des patrons. Les faits sont là, il fallait manifester

Franchement ces chiffres sont saisissants. Tous dans le même sens, on a ouvert la semaine avec Opinion Way, on la termine avec Odoxa et notre baromètre : la France soutient ses patrons, et les soutient dans des proportions qu’eux même sans doute n’imaginaient pas. Oui, les patrons ont raison de se mobiliser disent 2/3 de ceux que l’on interroge. Mais ce qui rend les choses plus saisissantes encore, c’est que le soutien n’est pas donné dans le vide, quand les questions deviennent précises sur la fiscalité (77% pour l’alléger), la pénibilité (64% pour la réformer), les effets de seuil (61% pour les relever), on reste sur des niveaux de soutien importants

Alors oui, c’est l’heure de manger son chapeau, et de reconnaître que cette mobilisation, dans ce climat-là, était opportune. Ne serait-ce que pour nous donner l’occasion de poser ces questions de confiance, et donc de recueillir ces réponses.

Et puis on a vu un monde patronal attaché à expliquer, à convaincre, sans provocations inutiles. Chacun a compris qu’on en restait très largement au stade de promesses et que la crise ne donne plus le temps d’attendre. On a pris la mesure de l’incompétence de Marisol Touraine sur la pénibilité, de l’irresponsabilité des députés quand ils votent une taxe sur la grande distribution qui mange 80% de la marge d’un supermarché, de la stigmatisation professionnelle qui leur permet de taper sur la Banque ou le commerce au nom de la préservation de la sainte industrie, comme si ces distinctions avaient encore un sens.

Bon, on a entendu aussi un certain nombre de contre-vérités sur les PME surtaxées par rapport aux grandes entreprises (non, M.Roubaud, c’est le contraire), je continue à penser que ce gouvernement fait en faveur des entreprises des efforts jamais vu depuis 30 ans, que beaucoup de patrons restent totalement paumés dans les différents textes qui se superposent et que la « grève » n’arrange rien.

Mais cette semaine de tous les dangers se termine sur un formidable message : ce n’est plus le premier ministre qui dit « j’aime l’entreprise », c’est le pays tout entier. Alors, ok, ça valait le coup.

Commenter cet article

Antoine 04/12/2014 11:35

La, ou plus personne est d'accord c'est comment compenser une eventuelle baisse de charge sur les entreprises ;)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents